Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 décembre 2021 2 21 /12 /décembre /2021 08:13

 

 

 

Champs électromagnétiques et des terres rares mêlés pourraient conduire à des pathologies graves chez les bovins, voire chez les humains. C’est la conclusion de ToxSeek urgence.

Par Hervé Pinson Publié le 13 Déc 21 à 22:50  mis à jour le 13 Déc 21 à 22:52

Didier Potiron a récemment obtenu du tribunal qu’une nouvelle expertise soit réalisée sur les câbles électriques du parc des Quatre seigneurs de la région de Nozay (Loire-Atlantique). ©Léo GAUTRET — archives

Didier Potiron a récemment obtenu du tribunal qu’une nouvelle expertise soit réalisée sur les câbles électriques du parc des Quatre seigneurs de la région de Nozay (Loire-Atlantique). ©Léo GAUTRET — archives

Spécialisée dans le dépistage de polluants, l’association ToxSeek urgence (association du groupe ToxSeek) vient de publier ses conclusions d’une étude qu’elle a réalisée en août 2020 dans trois exploitations de vaches laitières situées dans les Côtes-d’Armor, dans le Nord et en Loire-Atlantique.

 

« Cocktail explosif pour les éleveurs »

Dans son communiqué, réalisé à l’occasion d’un colloque à l’Assemblée nationale jeudi 9 décembre 2021, elle affirme que « l’augmentation parallèle des champs électromagnétiques (éoliennes, 5G…) et de l’utilisation de métaux à fort pouvoir magnétique (terres rares, métaux paramagnétiques) pose la question d’un impact sanitaire majeur à venir ».

L’association avait déjà évoqué le sujet auprès d’actu L’Éclaireur de Châteaubriant en février 2020 et d’actu Le Courrier indépendant en janvier 2021.

Cette fois, ToxSeek urgence l’écrit clairement : les antennes relais de téléphonie mobile, éoliennes, lignes à haute tension seraient un « cocktail explosif pour les éleveurs ».

L’association relate le cas des trois exploitations où « des vaches meurent, des éleveurs de vaches laitières [sont] en détresse », connaissent une « baisse de production de lait », des « problèmes de reproduction, décès inexpliqués, comportements aberrants… ».

Les champs électromagnétiques associés à une intoxication chronique par les métaux pourraient en être la cause.

Association ToxSeek Urgence

Écoutez Mathieu Davoli, co-fondateur et président de ToxSeek Urgence :

L’étude réalisée en 2020 a permis à l’association d’observer que « l’imprégnation toxique aux terres rares (métaux stratégiques utilisés dans les technologies, batteries..) des vaches laitières dans les exploitations témoins est très faible ou nulle pour une majeure partie des sujets, que l’imprégnation toxique moyenne aux terres rares est sept fois plus élevée (augmentation de 600 %) dans les exploitations soumises à un risque électromagnétique élevé et connaissant des problèmes sanitaires importants ».

À lire aussi

 

Effet conjoint ?

Cette étude montrerait ainsi « une corrélation entre l’état sanitaire des exploitations agricoles, dont les vaches font l’objet d’imprégnation toxique aux terres rares, et l’environnement électromagnétique ».

L’hypothèse de l’association est simple : « La contamination aux métaux (terres rares) est potentialisée par les champs électromagnétiques (effet antenne) ».

Avec pour conséquences ces types d’évolutions cliniques : augmentation des effets de l’intoxication chronique par les métaux et de la sensibilité aux champs électromagnétiques ; apparition de symptômes dermatologiques, neurasthéniques (fatigue chronique) ; syndrome d’électro-hypersensibilité (intolérance aux champs électromagnétiques) ; maladies chroniques et cancers.

En 2015, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a publié un avis relatif à une « demande d’approfondissement de l’expertise scientifique relative aux conséquences des champs électromagnétiques d’extrêmement basses fréquences sur la santé animale et les performances zootechniques ».

Les connaissances du niveau d’exposition des animaux aux courants parasites sont à ce jour extrêmement limitées. La sensibilité des animaux à ces courants est clairement démontrée en situation expérimentale, mais leur impact sur le niveau de performance et l’état sanitaire des animaux (mammites chez la vache laitière par exemple) dans le contexte multifactoriel des élevages reste mal connu.

Anses

 

Comment s’est déroulée l’étude

Les premières analyses toxicologiques de poils de vaches laitières ont été réalisées par ToxSeek en août 2020, dans les exploitations agricoles de Philippe Marchandier, à Mazinghien (Nord), où des phénomènes sont décrits notamment par Terres et Territoires, de Muriel et Didier Potiron et de Céline Bouvet à Nozay (Loire-Atlantique) et de Stéphane Le Béchec à Allineuc (Côte-d’Armor).

À lire aussi

ToxSeek urgence explique qu’elle a alors engagé une étude type cas-témoin sur l’imprégnation toxique aux terres rares d’exploitations agricoles soumis à des champs électromagnétiques importants.

« Il n’y a pas de valeurs seuils chez les animaux, alors il nous fallait ces témoins », note Matthieu Davoli.

L’objectif était de rechercher d’une part s’il existe une relation, pour une vache laitière, entre le fait d’être élevée dans une exploitation à risque électromagnétique élevé et une imprégnation toxique aux terres rares ; d’autre part, de déterminer si l’existence de cette relation peut être corrélée avec une diminution de la productivité des animaux étudiés et une ou des pathologies animales.

ToxSeek urgence

 

Que sont les terres rares ?

Les terres rares sont des métaux utilisés dans les technologies et les énergies renouvelables : écrans plats, leds, ordinateurs portables, téléphones portable, batteries, aimants permanents mais aussi dans certains médicaments, pesticides et produit de contraste IRM. « Les terres rares ont des propriétés magnétiques (de 20 à 100 fois supérieur à un aimant classique), note ToxSeek urgence. Ces métaux sont de plus en plus utilisés et ne font pas l’objet de retraitement ou de recyclage. »

Dix exploitations agricoles de Bretagne, de l’Aisne et de l’Orne ont été incluses dans l’étude, ainsi que cinq exploitations agricoles (totalisant 40 vaches laitières dépistées) connaissant des problèmes sanitaires importants (baisse de productivité, dermatites, avortement, décès inexpliqués et/ou problèmes comportementaux), dans un environnement à risque électromagnétique élevé (présence à proximité d’éoliennes, lignes à moyenne et haute tension et/ou d’antennes relais de téléphonie mobile…).

À cela s’ajoutent cinq exploitations agricoles témoins (totalisant 40 vaches laitières dépistées) sans problème sanitaire et dans un environnement à risque électromagnétique faible (absence d’éolienne, de ligne à haute tension et d’antenne relais de téléphonie mobile).

À lire aussi

49 métaux analysés

Des analyses toxicologiques dépistant 49 métaux, métaux lourds et terres rares sur les poils de vaches des 80 sujets ont été réalisées (technologie ICP-MS).

L’association ToxSeek urgence précise que « cette contamination a été aussi trouvée dans le cadre d’analyses toxicologiques de métaux, chez l’homme, dans la matrice cheveu, dans d’autres contextes : cluster de cancers pédiatriques à Sainte-Pazanne, personnes souffrant d’électro-hyper-sensibilité. »

 

« Alerte sanitaire générale gigantesque »

Selon Matthieu Davoli, ce communiqué est aussi une « alerte sanitaire générale gigantesque » : « Le problème n’est pas tant les champs magnétiques eux-mêmes que leur association avec une intoxication chronique par les métaux, et c’est avec cette variable là qu’on devrait mener des études, ce qui n’est pas fait à ce jour. On verra alors que l’impact des champs électromagnétique sur la santé pose un problème lorsqu’il y a une intolérance aux métaux. Il y une quarantaine de laboratoires dans le monde comme le nôtres qui peuvent analyser ces métaux par des technologies innovantes, mais il y a très peu d’équipes de toxicologues spécialisés dans les toxicologies chroniques, malheureusement, alors que ce sont des problématiques très fortes. »

Exemple avec le mercure : « Aujourd’hui, tout le monde est contaminé. Il n’est pas impossible que les maladies qui en découlent n’augmentent pas dans les années à venir. Et en augmentant l’usage des terres rares et des champs électromagnétiques, on risque de voir de plus en plus de maladies se déclarer dans les années à venir chez une partie de la population. »

L’immunité générale a une tendance à la baisse, la problématique étant le facteur morbidité, qui augmente de façon énorme. On ne peut pas qu’il n’y ait pas en jeu au moins quelques facteurs environnementaux. L’affaire est lourde.

Matthieu Davoli

 

Et selon Mattheu Davoli, elle est « éminemment politique » et « économique ».

 

 

Source: https://actu.fr/pays-de-la-loire/nozay_44113/champs-electromagnetiques-et-terres-rares-dans-les-exploitations-de-vaches-laitieres-attention-danger%E2%80%89_47114554.html

Partager cet article
Repost0

commentaires