Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mars 2021 7 21 /03 /mars /2021 16:45

 

18 mars 21

5G - l'angle mort qui dérange le plus : la santé

Nous voyons au moins 4 angles morts chez nos promoteurs de “l’innovation numérique” à très forte demande d’énergie dont la 5G est un marqueur et accélérateur :

– sur une société de surveillance accrue et de contrôle social inévitable (1).

– sur la matérialité du numérique : recyclage "sauvage" de nos déchets électroniques dans des conditions sordides (Chine, Ghana...) ; extractivisme minier hyper-polluant dans des conditions insoutenables, humainement, matériellement, politiquement et moralement, loin de nos yeux rivés sur nos écrans, cause de guerres déjà, notamment en Afrique .

– sur la promesse mirobolante et prophétie autoréalisatrice de milliers de créations d’emplois alors que partout où la numérisation/robotisation passe, l’emploi trépasse, y compris dans les services encore publics. Et où seront fabriqués nos mobiles et (inutiles) objets connectés : frigos, cafetières, brosses à dents etc. ? Certainement pas chez nous.

– sur la santé étendue à tout le Vivant, objet de controverse scientifique. Nous retrouvons exactement le même schème historique que pour l’amiante, le tabac, les pesticides, les néoniticotinoïdes, les perturbateurs endocriniens, les particules fines… Sur la question des ondes, ne serions-nous pas entrés dans l'ère du "négationnisme" sanitaire institué à coups répétés de "non prouvé" faisant fi des principes de prévention et de précaution ? Le déni sur cette question est et restera, sans aucun doute, officiellement ancré au vu des intérêts colossaux en jeu. Alors, toutes et tous seront davantage sujets à l’exposome (2), et pour longtemps .

Le problème avec la 5G (Thierry Breton, du plus haut de l’Europe, nous annonce déjà la 6G…) est que non seulement on va accumuler les fréquences dans notre environnement, mais que l’on va être obligé de monter en puissance d’émission, il ne peut en aller autrement. Quant au problème des ondes millimétriques (26 GHz), il n’y a pas tant d’inconnues que cela, et c'est très préoccupant.

Savoir que les assureurs ont déjà intégré le fait que de réels problèmes de santé sont désormais à envisager et que cela va finir un jour ou l’autre par basculer dans l’opinion publique comme pour les exemples cités ci-dessus – c’est ce qu’ils ont compris et anticipé ; que la demande civile de transparence et la mise en question d’organismes à fort conflit d’intérêts telle l’ICNIRP (et l’OMS) a commencé ; que la Résolution 1815 de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe demandant à baisser significativement le niveau d’exposition aux ondes en 2011 n’a pas été suivie d’effets et que cela finira un jour ou l’autre par se savoir ouvertement ; que le problème des électrohypersensibles (EHS), dont le nombre est en augmentation en France et dans le monde, relève d’un grave déni que l’on ne pourra pas continuer à maintenir, alors qu’au nom de l’égalité des territoires et de la « modernité », on vise à supprimer les“ zones blanches” ; que le Lancet, référence de la littérature médicale, relayant des méta-études sur le sujet, a montré que les études indépendantes des lobbys montrant la nocivité des ondes artificielles pulsées sur le Vivant (et pas que sur les humains) – car c’est très exactement de cela qu’il s’agit – sont de plus en plus nombreuses et majoritaires. Sans parler des DAS des mobiles scandaleusement truqués – problème soulevé aujourd’hui en France par le Dr Arazi et aux États-Unis, pour commencer.

Nos cités, tout particulièrement, ne peuvent plus continuer à ressembler davantage à de vastes camps de transmission militaire avec des centaines d’antennes-relais partout au milieu de la population, sur les toits, dans le mobilier urbain. Les multiples fréquences des micro-ondes artificielles pulsées, avec ses milliers de capteurs, de wifi, de mobiles comme autant d'émetteurs-récepteurs, souvent collés contre nos cerveaux, le cœur ou les parties génitales, sont un réel problème de santé publique qui ne peut que dangereusement s’aggraver.

(1) Signer l'Appel public pour la pétition d’1 million de citoyens européens nécessaires en vue d’une interdiction des pratiques de surveillance biométrique de masse : https://reclaimyourface.eu/fr/

(2) L’exposome : analyse des facteurs de risques non génétiques de nos maladies de civilisation – cancer, diabète, affections cardio-vasculaires, asthme, maux de tête, acouphènes… qui sont liées à l’environnement dans lequel nous évoluons.

 

 

Association Résistance 5G – Nantes :

resistance5Gnantes@gmail.com pour toute information, documentation et bibliographie.

 

Partager cet article
Repost0