Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 décembre 2020 5 11 /12 /décembre /2020 10:16

 

 

 

Posted on novembre 30, 2020 Author Nicolas Bérard 

Une étude réalisée à Lyon met en lumière la galère quotidienne des personnes électrohypersensibles, qui doivent développer diverses stratégies pour tenter de vivre le plus normalement possible en ville.

EHS : Ni métro, ni boulot, ni dodo

Parmi les électro-hypersensibles, il y a les cas les plus dramatiques, ces personnes contraintes de vivre totalement recluses pour rester à l’abri des ondes. Et puis, il y a tout un bataillon de cas moins graves, qui vivent tant bien que mal avec leur handicap. Une étude commanditée par la métropole de Lyon a étudié «l’accès à la ville des personnes électrohypersensibles». Quelles sont les conséquences de la multiplication des ondes électromagnétiques en ville sur leur quotidien? Et comment faire pour tenter de vivre avec?

En se basant sur les témoignages d’EHS (assez peu, disons-le), les enquêteur·rices ont pu dégager quelques grandes lignes : la nécessité de déménager pour trouver un logement peu exposé, les zones trop denses à éviter, les manifs qu’on délaisse, les sorties entre ami·es auxquelles on renonce…

Parmi toutes ces contraintes, les déplacements, notamment, doivent faire l’objet de certaines stratégies : il faut privilégier la marche à pied, le vélo et la trottinette lorsque la météo le permet, tout en contournant les zones trop irradiées. Le bus pose problème, surtout durant les heures de pointe. Comme beaucoup de passagers profitent de leur trajet pour téléphoner ou se connecter à internet, l’atmosphère électromagnétique devient vite insupportable.

Plus de 3 millions de français touchés

Le métro était encore récemment prisé par les EHS. Mais nos décideurs ont trouvé formidable de le doter d’un réseau 4G pour que les usager·es ne soient pas privés de connexion durant leurs trajets sous terre. Les EHS doivent donc également s’en passer.

Les gares sont aussi des lieux particulièrement exposés. Forte densité de population, téléphones en fonctionnement, bornes wi-fi ou expérimentations de la 5G… Le mieux est d’y rester le moins possible : il s’agit donc d’arriver juste avant le départ pour sauter dans son wagon et s’éloigner immédiatement. Mais là encore, les choses ne se sont pas améliorées, puisque les trains sont équipés de réseaux wi-fi embarqués.

Pour les EHS, le métro-boulot-dodo n’est pas possible : métro, c’est non. Dodo, c’est souvent difficile (l’un des symptômes de l’EHS est l’insomnie). Et pour le boulot, c’est guère mieux. Un enquêté a dû démissionner de son emploi, une autre ne peut plus aller à la fac : «J’aime plus la fac… Quand je vais en amphi, il faut que je demande à tout le monde d’éteindre les portables, il faut que j’explique pourquoi, enfin c’est… C’est lourd, du coup j’aime plus.»

Selon l’Anses, l’électro-hypersensibilité pourrait toucher 5 % de la population française. Ce qui, avec cet exemple de la métropole lyonnaise, représente 70.000 personnes, et plus de 3 millions de personnes en France. Et ça non plus, ça ne va pas aller en s’améliorant.

 

Nicolas Bérard

Photo : Engin Akyurt

Cet article est directement extrait du n° 157 du journal L’âge de faire, un mensuel indépendant et sans publicité.

 

 

 

Source: https://refuser-compteur-linky.fr/lexclusion-des-ehs/

Partager cet article
Repost0