Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 septembre 2018 4 20 /09 /septembre /2018 08:38

 

 

 

Ils sont près de 200 à s’être rassemblés, ce samedi matin, sur le plateau du Centre de rééducation et de réadaptation Marienia à Cambo-les-Bains. Leur objectif : dénoncer le projet de révision du Plan local d’urbanisme (PLU) de la commune qui prévoit de rendre constructible le plateau de Marienia des deux côtés de la route départementale.

AINHOA AIZPURU|15/09/2018 16:45|0 commentaires Mis à jour à: 17:44

Pour Lurzaindia, il s'agit avant tout de vérifier le taux de remplissage des zones d'activités économiques déjà existantes au Pays Basque. ©IMIQUELESTORENA

Pour Lurzaindia, il s'agit avant tout de vérifier le taux de remplissage des zones d'activités économiques déjà existantes au Pays Basque. ©IMIQUELESTORENA

Près de 200 personnes ont répondu à l’appel de la liste d’opposition Nahi Dugun Herria, à laquelle se sont joints la SCA Lurzaindia et le syndicat ELB. Ce samedi à 10 heures, sur la plateau Marienia à l’entrée de Cambo-les-Bains, ils ont dénoncé le projet de révision du PLU qui prévoit l’urbanisation de onze hectares de terres agricoles.

Elus, paysans, Kanboars venus seuls ou en famille, se sont alignés des deux côtés de la route qui partage les terrains actuellement exploités par des paysans. Les pancartes et banderoles déroulées le long de la route affichaient les revendications des participants : "Préservons les terres agricoles", "Arrêtons de construire sans penser à nourrir". Des tracts ont été distribués aux automobilistes ralentis par le rassemblement. Ils invitent à participer à l’enquête publique en cours. "Si ces parcelles deviennent constructibles, nous ne pourrons éviter une construction massive… Il faut agir maintenant !", informent-ils.

La révision du PLU de Cambo-les-Bains a été votée par le conseil municipal en juillet 2014 et a été réalisée en collaboration avec le cabinet Accessit. Le projet finalisé, un document de plus de 400 pages, a à son tour été entériné dans l’instance communale avant d’être validé, après de vifs débats, par le Conseil communautaire de la Communauté d’agglomération, le 13 janvier 2018. L’enquête publique actuellement en cours se terminera le 22 septembre prochain et sera suivie d’un vote définitif d’adoption du projet. Si ce projet est approuvé, les deux parcelles concernées passeront alors en zones constructibles immédiates. L’une sera dédiée à de nouveaux logements, alors que l’autre sera destinée à un parc d’activités économiques.

Argitxu Hiriart-Urruty, élue de la liste d’opposition Nahi Dugun Herria et membre de la commission d’urbanisme, regrette que les élus aient été "écartés" du projet. Elle indique n’avoir jamais pu participer à une réunion de travail avec le cabinet Accessit. Elle s’étonne par ailleurs de la tenue d’une réunion, le 12 septembre dernier, à la mairie de Cambo. Un rendez-vous qui aurait réuni les maires de Cambo et d’Itxassou, le service urbanisme de la Commauté d’agglomération, les porteurs de projets sur les terrains du plateau de Marienia, ainsi que les propriétaires des parcelles.

"Une réunion de travail qui s’est déroulée alors même que l’enquête publique n’est pas achevée et sans tenir au courant les élus de la commission d’urbanisme" dénonce-t-elle. Selon elle, l’enquête publique est "le seul moment démocratique" où les personnes peuvent s’exprimer. L’élue invite donc les habitants de Cambo à y participer et à signer la pétition en ligne afin de préserver le plateau de Marienia. Elle signale par ailleurs qu’une partie des terrains ciblés appartiennent à la commune d’Itxassou qui devra à son tour mener une réflexion sur leur avenir. Pour les élus d’opposition du mouvement abertzale Nahi Dugun Herria, cette dizaine d’hectares de parcelles agricoles ne doit absolument pas être ouverte à l’urbanisation. "Ces terres à haute valeur agricole et actuellement exploitées par des paysans sont de plus en plus rares" souligne A. Hiriart-Urruty. Il s’agit de les préserver à tout prix. "Les gens privilégient aujourd’hui de plus en plus une agriculture de qualité, raisonnée et de proximité, qui ne peut exister sans ces terres agricoles. Ces parcelles doivent impérativement rester à la disposition des paysans" se défend-elle.

 

D'autres alternatives

La SCA Lurzandia et le syndicat ELB ont eux aussi manifesté leur inquiétude sur le projet. Situées dans l’aire géographique de trois AOC (appellations d’origine contrôlées) et à proximité de centres urbains demandeurs d’une alimentation de proximité, les deux organisations ont alerté sur le fait que ces parcelles doivent rester agricoles et productives. Elles ont par ailleurs mis en garde sur l’intérêt paysager du site. "Le rendre constructible va contribuer à modifier profondément la physionomie de la commune en défigurant l’entrée de la ville" ont-elles prévenu.

Maryse Cachenaut, paysanne et membre d'ELB et de Lurzaindia comprend la nécessité de créer de nouveaux logements pour une population qui fuit les prix exorbitants du logement sur la côte. Elle souligne qu'il existe d'autres alternatives telles que la densification du centre-bourg ou la réutilisation de bâtiments vides. Par ailleurs, en ce qui concerne les zones d'activités économiques, M. Cachenaut demande une planification à l'échelle de la Communauté d'agglomération afin d'optimiser les espaces déjà existants. "Une réflexion à l'échelle du Pays Basque doit être menée" souligne-t-elle. "Pour une vraie cohérence, pour une optimisation des zones déjà classées constructibles, et pour une préservation des terres agricoles, on ne peut plus se contenter de penser à l'échelle de sa commune" ajoute-t-elle.

 

"Rien n'est encore fait"

Joint par MEDIABASK, Frédéric Bardin, conseiller municipal adjoint à l'urbanisme, explique qu'il est encore bien trop tôt pour parler de projets concrets sur ces parcelles agricoles. "Rien n'est encore fait. Il existe bien des projets, mais ils sont en cours de réflexion. Cela ne sert à rien d'en parler aujourd'hui" affirme-t-il, nous invitant à revenir vers lui dans quelques mois. Pour l'élu de la majorité, ces parcelles sont néanmoins stratégiques. Elles pourraient servir à investir dans des logements sociaux qui font particulièrement défaut sur la commune. Les terrains permettraient par ailleurs à des entreprises en plein développement de s'installer à Cambo-les-Bains, afin de créer de l'emploi ailleurs que sur la côte. Par ailleurs, F. Bardin indique qu'"il y a eu suffisamment de réunions de la commission d'urbanisme pour tenir au courant les élus de l'évolution du projet de révision du PLU” et regrette que “ce ne soit jamais assez pour l'opposition". "Nous avons été élus pour un programme et nous travaillons à le réaliser" conclut-il.

 

 

Source : https://mediabask.naiz.eus/fr/info_mbsk/20180915/revision-du-plu-de-cambo-une-mobilisation-pour-sauver-les-terres-agricoles

 

Partager cet article
Repost0