Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 09:39

 

 

ucm153295-01-c3022.png

 

Les deux courbes que vous voyez ci-dessous résultent de la comparaison du comportement dans l'organisme d'un médicament original et de son générique, pourtant supposé bio équivalent. Elles devraient être globalement superposables. Ce n'est pas le cas. Cette illustration a été mise en ligne sur le site des autorités de santé américaines (FDA) en 2009 2 ans après le lancement du générique. Il vient tout juste d'être retiré du marché aux Etats-Unis, soit 5 ans après son arrivée sur le marché. Un nouveau scandale du médicament en perspective ? La FDA va-t-elle changer de nom ?


Le bupropion est une amphétamine qui s'appelait autrefois "amfebutamone". La firme GSK a réussi au début des années 2000 à faire modifier sa dénomination commune internationale (DCI), en "bupropion". Cette habile opération lui a permis de masquer la nature amphétaminique de cette molécule.

Commercialisée sous le nom de Zyban en France comme médicament pour arrêter de fumer, il s'agit d'une des dernières amphétamines présentes dans nos pharmacies, une amphétamine qui a miraculeusement échappé au battage médiatique consécutif au scandale du Mediator.

Aux Etats-Unis, le bupropion est également commercialisé comme antidépresseur, le "Wellbutrin". De par sa nature amphétaminique, des études cliniques ont montré que le bupropion permet même de faire perdre du poids (3 kg en moyenne du fait de propriétés coupe-faim). Il est disponible soit sous forme à libération immédiate, c'est-à-dire que le comprimé libèrera le principe actif très rapidement dans l'organisme, soit sous forme à libération retardée : le "Wellbutrin XL" Dans ce dernier cas, il libèrera progressivement son principe actif tout au long de la journée. L'intérêt des médicaments à libération retardée est en général de diminuer le nombre de prises du médicament.

L'objet de cet article n'est pas de s'attarder sur l'inexplicable présence d'une amphétamine masquée dans notre pharmacopée, mais de relater une incroyable affaire sur l'un de ses génériques aux Etats-Unis.

Les autorités de santé américaines (FDA) viennent d'annoncer le retrait du marché d'un générique du "Wellbutrin XL 300 mg". Après avoir testé ce générique sur 24 volontaires sains, il s'est avéré que le générique ne parvenait pas à administrer le principe actif de la même façon que le médicament original.

Ces deux médicaments ne sont donc pas bioéquivalents.

Jusque-là, rien d'exceptionnel. Ce qu'il l'est davantage, c'est que la FDA affirme sur son site internet qu'elle a commencé à recevoir des plaintes de patients dès 2006 qui constataient une baisse d'efficacité après être passé du médicament original au générique. Pour être plus précis, la FDA a reçu entre le 1er janvier 2007 et le 30 juin 2007 85 rapports d'effets indésirables ou de manque d'efficacité lors d'un passage de l'original au générique.

Après avoir identifié le générique défectueux, elle a demandé au fabricant (Impax / Teva) de mener une étude de bioéquivalence en s'appuyant sur les patients qui avaient constaté une diminution d'efficacité.

La dose qui parvient dans leur sang est-elle la même que lorsqu'ils prennent le médicament original ? Les firmes concernées ont achevé l'étude fin 2011, affirmant qu'ils ne parvenaient pas à recruter suffisamment de ces patients pour conduire l'étude.

Heureusement, la FDA avait anticipé le coup et a conduit une étude équivalente de son côté en 2010, mais sur des volontaires sains. Les résultats ont été connus en août 2012 et ont conclu que ce générique posait un problème d'efficacité. La FDA a décidé de ne pas s'intéresser aux autres génériques du Wellbutrin XL puisque fort de sa première analyse, seul celui des labos Impax et Teva posait problème. Elle a néanmoins demandé aux autres génériqueurs de conduire également des études de bioéquivalence de leur côté.

Oui mais...

Le générique du Wellbutrin XL des mêmes firmes pharmaceutiques dosé à 150 mg avait déjà fait parler de lui il y a quelques années. Sur son site internet, la FDA avait notamment montré, preuves à l'appui que ces deux produits n'étaient pas bioéquivalents. Le générique libérait notamment le principe actif plus brutalement et bien plus tôt que l'original (2h au lieu de 5-6 heures).

Il est surprenant de constater le silence de la presse française sur cette affaire ô combien d'actualité qui passionne pourtant les plus grands journaux américains :

Pendant ce temps-là, le Figaro se félicite que Les ventes de génériques repartent à la hausse.



Le Professeur Even avait violemment critiqué les autorités sanitaires françaises en affirmant qu'il leur "faudrait 2 ans pour interdire le cyanure". L'Oncle Sam ne semble pas plus efficace puisqu'il lui a fallu près de 5 ans pour interdire un générique qui présentait des signes de problème dès les premiers jours de sa commercialisation.



Références

Zyban° (bupropion) et sevrage tabagique : 1 047 observations en un an d'effets indésirables en France, Prescrire, Décembre 2003

Amphétaminiques cachés : du sevrage tabagique au diabète, Prescrire, Octobre 2003

Prescrire en questions : quelle place pour le bupropion-amfébutamone dans le sevrage tabagique, Rev Prescrire 2002 ; 22 (231) : 635

Amfébutamone devenue discrètement bupropion, Rev Prescrire 2002 ; 22 (226) : 191

Amfébutamone/bupropion - Zyban LP°. Dans le sevrage tabagique, la nicotine est plus sûre Rev Prescrire 2001 ; 21 (221) : 652-657

Li Z, Maglione M, Tu W, Mojica W, Arterburn D, Shugarman LR, Hilton L, Suttorp M, Solomon V, Shekelle PG, Morton SC. (2005). "Meta-analysis : pharmacologic treatment of obesity". Ann Intern Med 142 (7) : 532–46.

FDA Update : Budeprion XL 300 mg Not Therapeutically Equivalent to Wellbutrin XL 300 mg, US FDA

Questions and Answers Regarding Market Withdrawal of Budeprion XL 300 mg Manufactured by Impax and Marketed by Teva, US FDA

Review of Therapeutic Equivalence Generic Bupropion XL 300 mg and Wellbutrin XL 300 mg

FDA Withdraws Approval of a Generic Version of Wellbutrin , Wall Street Journal, 03/10/2012

 


 

Source: http://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/scandale-aux-etats-unis-sur-un-124036

 

Partager cet article
Repost0

commentaires