Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 23:39

 

 

 

 

 

 

Communiqué du mouvement de désobéissance au TGV Mugitu! du Pays Basque sud:
NOUS EXIGEONS L’ARRET DES TRAVAUX DU “Y BASQUE” ET NOUS DENONÇONS LE LOBBY EUSKADI-AQUITAINE


Nous exigeons l ‘arrêt des travaux du “Y basque” et nous dénonçons l’opération de lobbying lancée sous l’impulsion du Gouvernement Basque, du Conseil Général d’Aquitaine et des CCI en faveur des voies nouvelles TGV et la recherche permanente de grandes infrastructures (autoroutes, LGV, super-ports…) qui entraînent un grave impact écologique, économique et social dans notre pays. Nous dénonçons le caractère productiviste et insoutenable de la politique de transports promue par le gouvernement autonome basque, qui fait tourner la machine à béton de manière aveugle et irresponsable sans se soucier ni des dégâts, ni de la dette, ni des priorités sociales. Au contraire, nous affirmons qu´il faut rechercher les solutions dans l’abandon des projets de grandes infrastructures et la décroissance des transports, liée à une transformation profonde du modèle économique et social qui fasse notamment de la proximité et relocalisation de l’économie une priorité, fondement d’une authentique autonomie locale face à un modèle de développement imposé. En tout état de cause, la crise s’aggrave et il est évident que nous devons non seulement réduire et redistribuer le “gâteau”, mais surtout en changer la recette: c’est d’ailleurs le sens de notre action de protestation au forum.


Qui sommes-nous? La démarche du mouvement Mugitu! s’inscrit dans une philosophie de désobéissance civile et a pour cadre d’action le Pays Basque sud dans la lutte anti-TAV/LGV, aussi bien le projet dénommé “Y basque” que le “corridor navarrais” de grande vitesse.


Il faut en finir avec le gaspillage de ces projets dévastateurs aussi bien sur le plan écologique, socio-économique et humain. Bien que présenté comme un espace pour le débat, ce forum intitulé “Le corridor de transport atlantique, un corridor vert, un corridor vertueux” nous offre à nouveau de la propagande et du marketing, un jargon vide de sens donnant l‘impression aux citoyens que l‘on nous dissimule la vérité. Sous la démagogie des “transports durables” se cachent ici des macro-projets de grave impact écologique et social comme la LGV. On aurait envie de pleurer ou de se mettre en colère: nous vivons dans le cadre d’ un système politique, économique et social malsain qui n’ a jamais eu autant de moyens techniques pour anéantir la nature comme aujourd’hui. Mais désobéir et agir est une réaction bien moins nocive.


La présence dans ce forum Carlo Secchi, coordinateur européen du projet TEN-T nº3 de la ligne à grande vitesse qui devrait relier Paris à Madrid en passant par le Pays Basque, est une opportunité pour interroger les institutions européennes sur leur façon de répondre au profond désaccord des populations locales et de la société basque dans cette affaire de la LGV et des grands projets d’infrastructures qui constituent un désastre écologique, socio-économique et humain pour les territoires traversés. Ces projets sont incapables de se traduire en une participation des populations à la prise des décisions et on peut trouver des refus similaires dans les paroles d ‘un agriculteur d ‘Urrugne ou d’un habitant de Aramaio, ainsi que dans le val de Suze en Italie et dans le Lot et Garonne occitan ou la vallée de Lavedan menacée par le projet de Traversée Centrale des Pyrénées. Nous nous déclarons à cet égard solidaires de la croissante contestation sociale que soulèvent aujourd’hui les projets de LGV dans l’Etat français et en Europe, ainsi que de la mobilisation exemplaire de la population du Labourd face à ce projet démentiel rejeté par la population. ...


 Aucun argument ne justifie la construction d’une ligne à grande vitesse Dax-Vitoria et nous contestons avec la plus grande détermination que le TGV soit la solution aux problèmes causés par le transport routier. Nous rappelons à cet égard que même l’ antérieur coordinateur européen Etienne Davignon constatait dans ses rapports le mal fondé de ce projet dont l’utilité réelle n’est pas démontrée, tout en soulignant la disparité et les graves contradictions existantes entre les prévisions des autorités françaises et espagnoles sur la nouvelle ligne: dédiée aux marchandises du côté Nord de la Bidassoa et aux voyageurs du côté Sud, à quoi servirait-elle? La justification officielle de la construction de ces nouvelles lignes se fait systématiquement sur des hypothèses de rentabilité socio-économiques fausses et les prétendus bienfaits environnementaux du TGV sont pure fantaisie.


Actuellement le Portugal a stoppé le projet de liaison TGV avec l’Espagne, les propos du gouvernement français constituent un coup de frein au projet, et le modèle TGV est progressivement abandonné dans de nombreux pays. Le gouvernement de Gasteiz, par contre, annonce contre toute logique un coup d’accélérateur pour les travaux de la partie de Gipuzkoa du “Y basque”, où les accidents de travail se répètent –avec 4 accidents mortels en l’espace des derniers 13 mois de suite aux conditions précaires et des journées prolongées de jusqu’à 19 heures de travail. “La LGV sera une réalité, oui ou oui”, a déclaré récemment le conseiller des Transports et Travaux Publics, Iñaki Arriola. Pourtant, en Bizkaia et Araba, le projet a subi des restrictions budgétaires de la part du ministère des infrastructures espagnol et la presse locale avait observé par endroits la paralysie des travaux en 2010. Pourquoi le Gouvernement Basque persiste-t-il dans son entêtement ? La délicate situation économique que souffre l’Etat espagnol n’est-elle pas une raison suffisante pour stopper ce gaspillage de ressources ? A qui profite cet ouvrage d’infrastructure dont les coûts économiques et environnementaux sont exorbitants ?


Cependant, c’est oublier que l’ extension démesurée des nouvelles lignes TGV de nulle rentabilité socio-économique est en fait devenue aujourd’hui en Espagne un facteur de crise économique alors même que l’Etat est déjà endetté jusqu’au cou, bien que les énormes intérêts politiques et privés –notamment liés aux entreprises des BTP-- créés sur cette fabuleuse affaire sont tels que le gouvernement basque poursuit sa fuite en avant avec le TGV au dépend de l’énorme endettement public provoqué par cette politique gaspilleuse, au moment même où nous assistons à une constante réduction des budgets de couverture sociale. Nous dénonçons cet arbitraire le plus total face à une population qui refuse cette infrastructure dévoreuse d’espace et des deniers publics alors que la crise s’aggrave et que l’économie est sur le fil du rasoir. Au fait, où mène-t-elle cette voie à grande vitesse dite du développement?


L’heure est à nouveau à la mobilisation et aux solidarités. Une nouvelle manifestation aura lieu le samedi 1er octobre à Vitoria/Gasteiz pour exiger l’arrêt des travaux du “Y basque” et exprimer le refus du procès judiciaire prévu le 5 octobre contre 6 opposants au TGV détenus il y a deux ans lors d’une manifestation aux chantiers qui fut sauvagement réprimée para la police.


Non aux LGV! Arrêt immédiat des travaux du “Y basque”! Assez des projets destructeurs!


29/09/2011 15:53:00  

 

Partager cet article
Repost0

commentaires