Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juillet 2009 4 16 /07 /juillet /2009 17:54
                                                        

L'extension de 50 m vers la mer induit que les avions survoleront Hendaye plage encore plus bas lors des atterrissages.



ACE a appris avec  indignation la décision prise entre Madrid et Gazteiz d’allonger de 200 mètres la piste de l’aéroport de Hondarribia. Nous ne croyons pas que  le Ministère de l’Equipement ibérique et l’AENA * vont subventionner cette extension dispendieuse  sans la rentabiliser c'est-à-dire  augmenter les rotations/jour et contrevenir aux accords de 1992, avec une venue massive de charters qui transformera  en plaque tournante régionale de vols à bas coûts l’aéroport aux « normes » européennes…. Personne ne nous fera croire que les exigences des lobbies ont évoluées depuis la dernière réunion  intergouvernementale  qui s’est tenue à la Sous-préfecture de Bayonne le 1er février 2007. A cette époque là, il était question de 62 rotations/jour alors que les accords de 1992 n’en prévoient que 24.

 

 

Monsieur Arriola, Conseiller de l’habitat des travaux publiques et des transports du Gouvernement Basque, a omis le fait que la baie de Txingudi, l’estuaire de la Bidassoa et les zones humides constituent des réserves inestimables  et nécessaires à la migration de certains espèces d’oiseaux en voie de disparition,  lorsqu’il assure que l’extension de l’aéroport « cherche un équilibre entre tous les intérêts en jeu dans la zone de Txingudi ». Dans ce contexte,  Madrid et Gazteiz semblent avoir mis la charrue avant les bœufs, en se précipitant pour annoncer l’allongement de 200 mètres de la piste de l’aéroport, encore faudrait-il que l’étude d’impact environnementale reconnaisse que leur projet n’est en aucun cas préjudiciable à ces zones humides ce qui est loin d’être le cas. 

 

Notre association estime que cette extension entraînera, dans un environnement fortement urbanisé, en zone protégée (RAMSAR et Natura 2000) :


- Un risque fatal pour notre environnement  Txingudi est un lieu important de passage migratoire; Parmi les nombreux oiseaux qui utilisent cet estuaire, les plus remarquables sont les marins: grand cormoran, aigle pêcheur et plongeon imbrin; les anatidés: oie cendrée, tadorne de belon, filigule milouin, sterne caugek et mouette rieuse; de nombreux limicoles: vanneau huppé, petit gravelot, bécasseau variable, chevalier gambette, courlis cendré, bécassine commune et huîtrier pie. L’ ichtyo faune (ensemble des poissons vivants dans un espace géographique ou un habitat déterminé)  est relativement riche, surtout dans le tronçon extérieur. On trouve des aloses, des truites de mer et des saumons. L’erpéto faune est d’origine européenne humide, l’espèce la plus remarquable étant le crapaud « calamite » qui maintient une dense population. Les mammifères présents sont des rongeurs (rat d’eau et ragondin) et des insectivores. Toutes ces espèces évoluent dans un écosystème remarquable.

La richesse floristique de cette zone est également exceptionnelle. Dans une étude ACIPA, il est démontré qu’une augmentation très nette de la présence d’hydrocarbures dans l’atmosphère peut provoquer une nécrose des plantes. Qu’en sera-t-il de la faune et de la flore de Txingudi si le projet d’agrandissement de l’aéroport se réalise !!

Le 5 juin 2006, lors de la journée mondiale de l'environnement, Monsieur Stavros Dimas, membre de la Commission Européenne, chargé de l'environnement a déclaré: « Alors même que la préservation de la biodiversité est essentielle à notre bien-être et à notre développement économique, il arrive trop souvent que des politiques de développement mal conçues abîment ou détruisent les écosystèmes dont nous dépendons tous (….) En Europe, entre 30 et 50% de nos groupes d’espèces les plus importants –mammifères,oiseaux, poissons, papillons etc.- sont désormais menacés d’extinction. J’ai présenté  un plan d’action qui, à condition d’être mis en œuvre rapidement et dans sa globalité, permettra à l’UE de respecter l’engagement qu’elle a pris de mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité en Europe d’ici à 2010. »

 

 

 

suite : Non à cette décision outrancière 02

 



 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires