Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 19:31


Espaces verts  Vers une gestion écolo du patrimoine végétal

RAPPEL
Méthodes naturelles pour désherber, diminution de l'emploi des pesticides, abandon
des insecticides et fongicides...
La Ville met en œuvre une gestion des espaces verts plus respectueuse de l'environnement

L'objectif est clair : zéro pesticide.

Si aujourd'hui la municipalité utilise encore des phytosanitaires, elle développe une politique respectueuse de l'environnement quant à la gestion des espaces verts. Plus aucun insecticide ni fongicide chimique n'est utilisé depuis deux ans. Pour protéger les arbres des maladies ou des parasites, 4 000 euros ont été investis dans différentes formes de protection biologique. D'abord avec des lâchers d'insectes. 15 000 larves de coccinelles, 12 000 larves de chrysopes et 200 000 acariens, tous prédateurs de parasites seront relâchés sur les arbres de la ville cette année. Ensuite avec l'installation de pièges à papillons: des phéronomes sont utilisés pour attirer les mâles afin d'empêcher la reproduction. Trente-deux pièges ont été installész pour lutter contre les chenilles mineuses. Dix autres permettent de lutter contre les chenilles processionnaires du pin.

  Pour limiter les désherbants, le service des espaces verts considère les herbes sauvages en périphérie de la ville avec une plus grande tolérance. Surtout, les désherbants chimiques ne sont plus utilisés dans l'hyper centre, les cours d'école, les crèches et à dans les espaces verts de Vabre et Layoule. Plusieurs techniques alternatives sont désormais privilégiées : paillage au pied des arbres, plantation de plantes vivaces et de mélange fleuris au pied des arbres, désherbage mécanique ou thermique... « Depuis 10 ans, nous avons diminué de 70 % l'emploi des pesticides. Mais là, nous passons à la vitesse supérieure », précise Jean-Marc Teyssié, responsable du service des espaces verts .

L'ensemble de cette politique a un coût. « Oui ces techniques sont plus chères, note Marie-Claude Carlin, adjointe déléguée au développement durable. Il faut aussi prendre conscience qu'à terme, elles contribuent à une meilleure santé des habitants. » Autres mesures mises en oeuvre : l'emploi systématique d'arrosage piloté par ordinateur et l'utilisation de pots en fibre de bois biodégradable pour la production de fleurs permettant la réduction de déchets plastiques.
Une politique devenue, aussi, un enjeu de communication. Des panneaux pour signaler les espaces sans pesticides devraient être installés.

Source : http://www.midilibre.com/articles/2009/06/13/20090613-RODEZ-Vers-une-gestion-ecolo-du-patrimoine-vegetal.php5

Partager cet article
Repost0

commentaires