Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juillet 2019 4 11 /07 /juillet /2019 07:03

 

 

Retour vers le futur

 8 juillet 2019

La zone humide du TESTET, Retour vers le futur ?

1997 - mise en service du barrage de Fourogue près de Sivens : projet porté par le Conseil départemental du Tarn et déclaré illégal.

 2017 - 20 ans après, dans le dossier d'enquête publique du barrage de Fourogue pour sa légalisation,  il est écrit à la page 13 :

« Initialement calé à 840 000 m3 (400 ha irrigués avec un objectif d’irrigation maximum de 2 100 m3/ha/an), le volume consacré à cet objectif est désormais fixé à 395 000 m3 pour 300 ha. Ces nouvelles dispositions, conformes aux réalités des pratiques constatées sur la vallée depuis la réalisation de l’ouvrage, constituent une baisse de 38% du ratio m3/ha qui se situe désormais à 1300 m3/ha.»

 

L’arrêté DIG (Déclaration d'Intérêt Général) confirme cette nouvelle valeur.

 Ainsi, en suivant les évaluations de la CACG, le département du Tarn a fait gaspiller au contribuable 700.000 euros (valeur 1997 – voir calcul en annexe). Et nous payons 18.000 euros/an un entretien pour de l’eau que les irrigants ont réclamé et ne consomment pas.

 Lors de l’enquête publique, les irrigants ayant signifié au commissaire enquêteur que le montant de la redevance à l'ha était insupportable pour eux, l’amortissement des travaux de sécurité, effectués en 2016 (500.000 euros), en a été enlevé des charges pour évaluer le coût de l’eau.

Les irrigants n’ont jamais payé l’eau à sa juste valeur pour en couvrir les frais d’exploitation, d’entretien et de renouvellement.

 

 

Le projet qui nous est préparé sera-t-il à l’image du passé ?

 Dans la vallée du Tescou, c’est la même tendance. La surface irriguée est passée de 2700 ha avant 2003 (source CACG et DRAAF) à 1200 ha en 2016 (source chambre d’agriculture Tarn) sur tout le bassin versant du Tescou avec des volumes prélevés pour l’irrigation divisés par 2.

 Cette baisse se constate aussi au niveau du Syndicat d’Irrigation de la Vallée du Tarn (SIVT). Il est écrit à la page 42 du dossier d’enquête publique pour « MISE EN PLACE D’UNE CANALISATION D’ALIMENTATION EN EAU BRUTE DE L’USINE DU SUQUET DEPUIS LES INSTALLATIONS DU SYNDICAT D’IRRIGATION DE LA VALLEE DU TARN »

« En parallèle, le Syndicat d’Irrigation de la Vallée du Tarn (SIVT) observe une baisse des consommations à usage d’irrigation liée notamment aux modifications des types de cultures sur le périmètre du Syndicat (diminution des cultures de maïs notamment). »

 Aujourd’hui, le Conseil Départemental du Tarn nous soumet un schéma de « solutions eau » incluant un barrage à 1 million de m3 potentiel.

  Après 2 ans et demi de réunions les seuls besoins actuels qui ont été communiqués sont :

  • l’augmentation du DOE qui fait l’objet d’une proposition qui est contestée et n’est pas actée.
  • Le volume de substitution pour l’irrigation de 205.000 m3, donnée qui est partagée et jointe en annexe de la charte en décembre 2017.
  • Aucun autre besoin n’a fait l’objet de validation par l’instance de co-construction.

 

Il est écrit dans la charte : "En cas de réponse insuffisante aux besoins par les autres solutions «eau» envisagées, étudier un projet de retenue(s) dans le haut bassin »

 

Comment peut-on se prononcer sur un projet de retenue « Tescou amont », en écartant d’autres solutions, sans avoir validé l’ensemble des besoins, ni avoir réalisé d’étude économique et financière ?

 

Nous ne pourrons cautionner une résolution qui transgresse la CHARTE, cadre de sécurité des acteurs qui se sont engagés dans ce projet de territoire.

 

Nous ne l’accepterons pas !

 

 

Source : https://www.collectif-testet.org/actualite-396-retour-vers-le-futur.html

Partager cet article

Repost0

commentaires