Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 août 2018 5 03 /08 /août /2018 07:19

 

 

 

Erwan Benezet (@erwanbenezet)| 20 juillet 2018, 19h21 | MAJ : 20 juillet 2018, 19h26 |6

Depuis de nombreuses années, la filiale d’EDF et les copropriétés se livrent bataille pour déterminer à qui appartiennent 800 000 colonnes montantes. LP/Alexandre Métivier

Depuis de nombreuses années, la filiale d’EDF et les copropriétés se livrent bataille pour déterminer à qui appartiennent 800 000 colonnes montantes. LP/Alexandre Métivier

Sur fond de bataille entre Enedis et les copropriétés, un amendement, examiné au Sénat, vise à confier à la filiale d’EDF la responsabilité de 800 000 colonnes de gaines électriques du parc immobilier français.

Nos immeubles sont-ils suffisamment protégés contre les risques électriques ? C’est pour apporter enfin une réponse concrète à cette question que les sénateurs se penchent actuellement sur un amendement au projet de loi Elan (Evolution du logement, de l’aménagement et du numérique).

L’objectif ? Solder une fois pour toutes l’épineux débat portant sur la propriété des colonnes montantes, ces fameux conduits qui permettent d’acheminer l’électricité à travers des gaines à tous les étages.

Depuis de nombreuses années, Enedis (ex-ERDF), la filiale d’EDF chargée de distribuer l’électricité aux particuliers, et les copropriétés se livrent bataille pour déterminer à qui appartiennent 800 000 colonnes montantes, sur le 1,6 million d’installations que compte le parc immobilier français.

Risque d’incendie : qui doit être responsable des colonnes électriques ?

L’enjeu est majeur : en 2015, 300 000 de ces colonnes étaient considérées comme suffisamment vétustes pour représenter un danger potentiel. En cause, les isolants notamment, le plus souvent en plastique ou en tissus imprégnés, qui avec le temps se désagrègent et mettent les fils électriques à nu.

 

200 000 incendies domestiques chaque année

Un chiffre et un constat qu’Enedis se refuse à prendre en compte : « Nous n’avons aucune idée de l’état de ces colonnes, confie François Blanquet, directeur des infrastructures d’Enedis. Il faudrait pour cela envoyer des experts, ce que nous n’avons jamais fait car nous pensons que ce n’est pas utile. D’autant qu’elles ne nous appartiennent pas. »

200 000 incendies domestiques (toutes origines) ont pourtant lieu chaque année en France, sur 35 millions de logements. Le risque est donc réel.

L’amendement vise donc à ce qu’Enedis récupère dans son giron ces 800 000 colonnes, qui appartiennent aux copropriétés, ou aux collectivités, en plus des 800 000 qu’il a déjà en concession.

Jean Gaubert, le médiateur de l’énergie, voit cette évolution plutôt d’un bon œil. « Par la voie de cet amendement, l’Etat propose une répartition qui me semble équitable des responsabilités sur l’ensemble du parc, estime-t-il. A Enedis, la responsabilité des câbles électriques. Aux copropriétés et communes, celle des travaux de génie civil s’il faut réaménager les colonnes par lesquelles passent ces câbles. »

 

Un impact sur la facture d’électricité

Le médiateur alerte néanmoins sur l’impact que cet élargissement des prérogatives d’Enedis pourrait faire peser sur le budget des ménages. Le lien ? Une taxe, créée en 2000, prélevée directement sur la facture : le Turpe (Tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité), qui pèse entre 25 et 30 % du montant total de la facture TTC.

Elle est intégralement reversée à Enedis, mais également à RTE (Réseau de transport d’électricité), ainsi qu’aux entreprises locales de distribution (ELD). Objectif : financer leurs travaux de maintenance et de modernisation du réseau.

« En récupérant plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines de milliers de colonnes supplémentaires, Enedis verra sa charge de travail sur le réseau augmenter, confirme François Blanquet. D’où des besoins de financement supplémentaires qui se reporteront forcément sur le Turpe. » Donc sur la facture. A hauteur, selon les premières estimations, de quelques euros de plus par mois.

 

 

Source : http://www.leparisien.fr/economie/risque-d-incendie-qui-doit-etre-responsable-des-colonnes-electriques-20-07-2018-7828044.php

 

 

Complément d’information

http://www.boda-avocat.com/index.php/actualites/item/128-confirmation-du-droit-d-abandonner-a-la-societe-enedis-les-colonnes-montantes-d-electricite-en-l-etat

 

Partager cet article

Repost0