Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 11:42

 

 

Ajouté le 14 juin 2016 / 981

Béatrice Milbert nous explique l’urgence sanitaire que constitue l’électro hyper-sensibilité (EHS), une maladie environnementale mal reconnue par les institutions. Le personnel médical est en manque de formation, ce qui résulte en un mauvais diagnostic des patients électrosensibles, souvent orientés à tort vers des solutions psychiatriques. Or, le témoignage de patients et les avancées des travaux scientifiques vont pourtant dans le sens d’une reconnaissance des pathologies liées à l’exposition aux champs électromagnétiques. Et à force de souffrir, de ne plus dormir, de ne pas pouvoir être soigné, les patients peuvent devenir irritables, agressifs, et dépressifs.

 

Les phénomènes électriques peuvent en effet avoir des effets sur les organismes vivants lors d’une exposition prolongée. Dans des pays comme la Russie, des thérapies par champs électromagnétiques soignent des états inflammatoires ou infectieux sans médicaments. Alors qu’en France, nous en sommes à l’heure de la prise de conscience par des effets secondaires de l’exposition au spectre électromagnétiques avec les maladies environnementales, comme l’électrosensibilité.

 

Béatrice Milbert précise aussi que ce n’est pas un phénomène nouveau et que des personnes comme Nikola Tesla ou Georges Lakhovsky ont en leur temps aussi été touchés par ce genre de phénomènes. Les personnes souffrant d’hypersensibilité électromagnétique ne supportent plus les champs électromagnétiques ambiants. Cela peut provoquer des brûlures, des maux de tête, des vertiges, des troubles visuels ou auditifs, des douleurs musculaires, articulaires voire cardiaques. Le corps est saturé et n’arrive pas à se détoxifier de ces ondes. La présence d’une antenne relais à proximité, d’un téléphone portable, d’un boitier internet branché en wifi peuvent provoquer ce type de trouble.

 

De plus, il s’agit d’un combat quotidien car ils ne peuvent pas prendre les transports en commun, doivent “s’envelopper” dans des tissus spécifiques, se résignent à déménager régulièrement, souffrent de douleurs dentaires. Comme n’importe quelle maladie chronique, la souffrance quotidienne peut alors développer des troubles psychologiques graves. Béatrice Milbert travaille avec le professeur Dominique Belpomme pour comprendre et faire reconnaître ces pathologies.

 

Pour Béatrice Milbert, maintenant que l’on commence à médiatiser ce phénomène, le nombre de personnes diagnostiquées va augmenter. En s’appuyant sur les travaux du Docteur William Walsh et son livre “Nutrient Power”, Béatrice Milbert a pu constater lors de ses recherches avec le Docteur Bellepomme un taux anormalement élevé d’histamine chez 42% des patients électrosensibles, ce qui en fait un bon marqueur diagnostic. Mais il existe aussi les protéines de choc thermique, les marqueurs d’ouverture de la barrière électro-encéphalique, la CRP et enfin surtout l’encéphaloscan.

 

Les enfants autistes ou très agités et souffrant de maux de têtes sont peut-être électrosensibles. Le lien entre un enfant né autiste et le fait que sa mère ait travaillé sur ordinateur ou ait intensivement baignée dans un environnement électromagnétique pendant sa grossesse a été établi.

 

La spécialiste conseille de boire beaucoup d’eau (1,5 à 2 litres par jour), de se laver les mains régulièrement, de prendre des douches, des bains, la consommation d’antioxydants, d’acides gras ou de plantes comme le Ginkgo Biloba ou la Papaye fermentée. Et travaille aussi à des traitements anti-infectieux avec le Professeur Luc Montagnier, prix Nobel de Médecine, en cas de détection d’une borréliose (maladie de Lyme) ou de bartonellose. Enfin, se protéger passe avant tout par la limitation de son exposition aux champs électromagnétiques.

 

CMO : une référence depuis 20 ans dans la prévention électromagnétique.
http://www.cem-vivant.com/

Béatrice Milbert : Maladies et Ondes électromagnétiques

Les CMO bénéficient de 10 années de validation biologique en laboratoires et hôpitaux universitaires indépendants sur une vingtaine de paramètres tels que la production de mélatonine, d’anticorps et d’ACTH. Tous ces paramètres, perturbés chez les organismes vivants exposés aux ondes électromagnétiques, reviennent à des valeurs normales avec CMO. Troubles du sommeil, fatigue, irritabilité, infections chroniques, maux de tête, troubles de concentration, perte de mémoire à court terme sont les effets biologiques classiques des champs électromagnétiques généralement supprimés avec CMO !

 

Pour en savoir plus, rendez-vous sur : http://www.cem-vivant.com/

 

 

 

Source : http://desmauxetdesmots.com/conferences/beatrice-milbert-maladies-ondes-electromagnetiques/

 

Partager cet article
Repost0